Les mdias en parlent

La Croix1 étoile

« L'exposition est jalonnée de chefs-d’œuvre, comme le David et Jonathan de Rembrandt, nimbé d’une superbe lumière dorée, ou le réjouissant portrait par Vélasquez du comte-duc d’Olivares, un bon vivant au regard malicieux. »

Lire la critique de Cécile Jaures

Le Figaro1 étoile

« Un Christ tout-puissant du grand Titien, un David et Jonathan de Rembrandt irisé d'or et de poussière, un Contrat de mariage comique de Jan Steen, deux Poussin, excellant dans le traitement de chairs, le massif Portrait du comte-duc Olivares de Vélasquez, une Nature morte aux attributs des arts qui dit tout de Chardin, un rare et énigmatique Portrait de jeune homme au chapeau de Greuze… »

Lire la critique d'Eric Bietry-Rivierre

toutelaculture.com1 étoile

« La Pinacothèque de Paris « permet cette année aux parisiens de voir des pièces époustouflantes des collections de L’Ermitage. [...] Du côté des Romanov, on ne manquera pas "David et Jonathan" de Rembrandt, "L’entrée de Marie de Médicis à Lyon" de Rubens, "l’Annonciation" de Murillo, les "Préparatifs de la Crucifixion" de Francisco Ribalta, le "Christ Tout-Puissant" du Titien et dans les collections françaises, les dessins d’architecture de Charles-Louis Clérisseau. »

Lire l'intégralité de l'article

La Russie d'Aujourd'hui1 étoile

« La Pinacothèque de Paris présente les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’œuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. [...] En l’espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l’une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805. »

Lire l'intégralité de l'article

Romanov, tsars collectionneurs

À la Pinacothèque de Paris, du 26 janvier 2011 au 15 septembre 2011

L'Ermitage, La naissance du musée impérial

La Pinacothèque de Paris a présenté les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’œuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.



Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptaient rapidement parmi les plus importantes d’Europe. Dès 1785, le comte Ernest de Munich le confirmait : « Les étrangers et les curieux du pays admis à visiter ces vastes et riches galeries de peinture en admirent avec raison la magnificence ».

Le parcours chronologique commençait par la présentation des œuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêchait ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Puis, Catherine II (1729-1796), souveraine éclairée, imprégnée de la philosophie des Lumières, enrichissait à son tour les collections et construisit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment s'est vite révélé insuffisant pour abriter un nombre d’œuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787.

Alexandre Ier (1777-1825), digne petit-fils de Catherine II, a également imprimé sa marque dans les collections impériales, en dotant notamment l’Ermitage d’une superbe collection de maîtres espagnols. Enfin, Nicolas Ier (1796-1855) dont le règne est marqué par la construction du Nouvel Ermitage (1842-1852), à la suite de l’incendie du Palais d’Hiver en 1837. C’est la naissance du musée moderne, à l’image de ceux qui fleurissent alors en Europe, du Louvre au British Museum, en passant par les musées de Berlin et Munich.

En l’espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l’une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805.

Autour de ce thème unique original – la naissance d’un musée –, la Pinacothèque de Paris a proposé une histoire du collectionnisme et du goût au sein des élites européennes les plus brillantes de leur temps.




Pour prolonger votre visite

 

 

Le catalogue de l'exposition

L’ouvrage rassemble une sélection des chefs-d'oeuvre, acquis par Pierre le Grand, Catherine II, Alexandre Ier et Nicolas Ier. En l'espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l'une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805.

De Sergueï Androsov, Ludmila Kagané, Irina Sokolova et al.


Relié - 24 x 28 cm - 468 pages - 250 illustrations - 45 €

 

 

 


L'Album

L'Album propose, dans un grand format, les plus belles pièces de l'exposition.

 

Broché - 24 x 33 cm - 60 pages - 56 illustrations - 9,50 €

 

 

 

 

 

Le DVD

 

Ce DVD, qui offre un parcours de l’exposition au travers d'une trentaine d'œuvres commentées, permet de découvrir dans le détail les differents chefs-d'oeuvre qui composent la collection Romanov. Découvrez, à la fin de la visite commentée, un diaporama inédit de l'ensemble des oeuvres exposées dans le cadre de cette exposition !

 

Durée : 1h26 - 19,90 €

 

En savoir plus avec l'essentiel blog

Pour aller plus loin

Autres expositions