France Info1 étoile

« Pour la première fois les peintures de Maurice Utrillo sont exposées avec celles de sa mère. Une artiste peu connue, qui a pourtant fortement influencé son fils et dont les oeuvres ont longtemps été sous-estimées. »

Lire le commentaire

Télérama1 étoile

« Les peintures de Maurice Utrillo trouvent une place médiane dans le hit-parade des touristes de Montmartre, quelque part entre la figure éculée des poulbots et celle, énervante, d'Amélie Poulain. Aussi, s'attaquer à une exposition consacrée à l'artiste le plus galvaudé de la Butte et à ses rapports avec sa mère, la peintre Suzanne Valadon, autre prêtresse du patrimoine montmartrois, est un pari risqué. Mais sobrement tenu par un parcours qui évite le pittoresque et le pathos. »

Lire le commentaire

La Tribune.fr1 étoile

« Peintre autodidacte, Suzanne Valadon a fini par surpasser son fils, Maurice Utrillo, comme le raconte une belle exposition présentée à la Pinacothèque de Paris. »

Lire le commentaire

La boîte à sorties1 étoile

« La Pinacothèque de Paris rend hommage à Suzanne Valadon et à son fils, Maurice Utrillo, un "couple" de peintres longtemps boudé par les musées. C’est un chassé-croisé perpétuel, entre la cinquantaine d’oeuvres d’Utrillo et de sa mère, qui s’opère à la Pinacothèque afin de mettre en évidence une transition importante dans le monde de la peinture : le passage de l’impressionnisme à l’Ecole de Paris. »

Lire le commentaire

LE FIGARO1 étoile

« Dans toute histoire, il faut au moins deux bons personnages. Maurice Utrillo, fils naturel d'une enfant naturelle, fils de la bohème triste à la mélancolie prégnante, est l'homme des extrêmes. Le peintre coté de la «période blanche» (1910-1916) et l'inlassable ivrogne, dédaigné pour sa production de masse qui payait sa boisson. Son histoire tragique de fils mal aimé d'une trop belle fille-mère, de jeune homme meurtri cherchant le souffle de la vie et recevant en plein cœur la liaison de sa mère avec son meilleur ami, André Utter, est racontée ici en tableaux et en une multitude de panneaux. Le troisième personnage est Paris. »

Lire le commentaire

Suzanne Valadon et Maurice Utrillo

En savoir plus avec l'essentiel blog

Pour aller plus loin